<== Retour


Jeudi 3 mai 2018

Alain DUPLOUY

CONSTRUIRE LA CITÉ GRECQUE, MODES DE VIE ET CITOYENNETÉ


Alain Duplouy est maître de conférences à l'Université Paris-I. Il travaille sur l'histoire, la civilisation, l'archéologie et l'art des mondes anciens et médiévaux. Il est docteur en Histoire de l'Université libre de Bruxelles et docteur en Archéologie de l'Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. C'est dans cet établissement qu'il enseigne depuis 2003. Il a également été British Academy Visiting Fellow auprès de l'University of Leeds et Fulbright Visiting Scholar au Cotsen Institute of Archaeology (UCLA). Depuis 2013, il est Directeur de l'Unité de formation et de recherche (UFR) d'Histoire de l'art et Archéologie de l'Université Paris-I, l'un des plus importants départements au monde dans le domaine, tant par le nombre d'étudiants et d'enseignants que par son rang dans les classements internationaux.

Spécialiste de la Grèce préclassique (1ère moitié du Ier millénaire avant J.-C.), il cherche à aborder le fonctionnement des sociétés archaïques à travers toute la diversité des sources disponibles, s'intéressant plus particulièrement aux stratégies de prestige des individus et à la construction des communautés politiques.

Il a participé aux fouilles et à la prospection archéologique de la cité d'Itanos (Crète) et dirige actuellement le chantier archéologique de Laos (Calabre).

Enfin, il s'intéresse à l'histoire et à la réception du patrimoine antique, notamment à la dispersion mondiale des antiquités de Lucanie et à la valorisation pédagogique des objets grecs de l'Institut d'art et d'archéologie de Paris.


ON PEUT LIRE :

Le prestige des élites, recherches sur les modes de reconnaissance sociale en grèce entre les Xe et Ve siècles av. J.-C. (Les Belles-Lettres, 2006)

Présentation par l'éditeur :
L'archaïsme grec passe d'ordinaire pour l'âge d'or de l'aristocratie, cette antique noblesse détentrice de l'autorité politique et bénéficiaire d'une aisance financière lui permettant de mener une vie de luxe et de loisir. Cette image a néanmoins connu ces dernières années de profonds réajustements. Car les aristocrates ne cherchaient pas seulement le pouvoir ou la fortune: c'est avant tout pour la gloire qu'ils travaillaient! Aussi les mots d'Homère "Toujours être le meilleur et surpasser les autres" commandaient-ils le recours constant à des pratiques de prestige censées non seulement exprimer le statut de chaque individu mais surtout contribuer à l'élaboration, au maintien ou à l'amélioration de la position de chacun dans la structure sociale des cités grecques alors en formation. Loin d'être les simples marqueurs d'un ordre privilégié, ces modes de reconnaissance sociale étaient avant tout les instruments par lesquels se redéfinissait année après année la hiérarchie communautaire. Textes littéraires, inscriptions et monuments révèlent ainsi un ensemble de pratiques auxquels avaient recours tous les individus animés par l'agôn, cette caractéristique première de la civilisation grecque. Loin d'une vision essentialiste, les élites archaïques et classiques se voient en somme redéfinies en premier lieu par leurs pratiques sociales.

 


<== Retour