<== Retour

Jeudi 2 avril 2020

Pierre ASSOULINE

La question des intellectuels en France sous l'Occupation

Pierre Assouline est un journaliste, chroniqueur de radio, homme de lettres, romancier et biographe français. Ancien responsable du magazine Lire, membre du comité de rédaction de la revue L'Histoire, il est membre de l'académie Goncourt depuis 2012.

Depuis longtemps, Pierre Assouline s'est intéressé aux intellectuels français pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le milieu intellectuel est divisé sous l'Occupation.

Entre 1940 et 1944, un certain nombre d'écrivains s'opposent à la présence allemande : les éditions de Minuit, fondées en 1941, publient vingt-cinq œuvres d'écrivains de la Résistance, dont le Silence de la Mer de Vercors, et André Malraux sera fait Compagnon de la Libération.

D'autres, en revanche, se compromettent avec Vichy ou l'occupant allemand. De ce fait se pose à la Libération la question de l'épuration des intellectuels. Le Comité national des écrivains dresse alors une liste des écrivains "indésirables" sur laquelle on retrouve aussi bien Robert Brasillach, Lucien Rebatet, Jacques Chardonne que Sacha Guitry, Paul Morand ou Jean Giono. Certains sont jugés, Brasillach exécuté, d'autres subissent l'ostracisme.

En 1985, Pierre Assouline a consacré une synthèse à ce sujet (L'épuration des intellectuels, éd. Complexe).

On retrouve cette thématique dans plusieurs de ses biographies, comme celle de Gaston Gallimard. Son œuvre romanesque est traversée également par cette question. Dans La Cliente, un biographe enquêtant sur la vie d'un écrivain découvre par hasard des milliers de lettres de dénonciation, dont l'une concerne l'un de ses propres amis et sa famille qui a été déportée. Le Fleuve Combelle évoque son amitié paradoxale pour le collaborationniste Lucien Combelle, directeur de Révolution nationale.

Sa conférence sera l'occasion de revenir sur ce sujet complexe.


<== Retour