Logo Budé Orléans
Du 14 au 25 avril 2003

Dans le Péloponnèse,

d’Athènes à Pylos

Voyages culturels
 

Cette promenade dans le Péloponnèse, d’Athènes à Pylos, a été dirigée par notre président Alain Malissard, accompagné de Chryssa, notre guide grecque.

Le programme s’est déroulé ainsi :

  • Lundi 14 avril : arrivée à Athènes vers 17 h.
  • Mardi 15 avril [en Attique] : visite du CAP SOUNION (temple de Poséidon) et, l’après-midi, du monastère de KAISARIANI sur le mont Hymette.
  • Mercredi 16 avril [en Corinthie] : visite extérieure du site d’ÉLEUSIS (le musée étant fermé pour cause de grève) et de l’Héraion de PERACHORA ; après la traversée du canal, sur le pont submersible de Posidonia, arrêt à CORINTHE au « diaulcos », puis visite du sanctuaire de l’Isthme et du Musée Isthmique, du site de l’ancien port de Corinthe et du temple d’Isis immergé ; arrivée à Nauplie.
  • Jeudi 17 avril [en Argolide] : visite du site de TIRYNTHE, de l’Héraion d’ARGOS et du théâtre, du site de MYCENES ; l’après-midi, visite de NÉMÉE (temple de Zeus, stade) et retour à Tolon.
  • Vendredi 18 avril [d’Argolide en Élide] : visite du musée de TRIPOLI (collection de vases funéraires trouvés dans les tombes de Paleokastro), du théâtre de MEGALOPOLIS ; puis route pittoresque par Karitena et Andritsena ; visite du temple de BASSAE (Apollon Epikourios) en restauration.
  • Samedi 19 avril [en Messénie] : départ du port de PYLOS pour le palais de Nestor (megaron) ; route vers METHONI avec visite de la citadelle (antique, byzantine, puis vénitienne), puis par Koroni, route vers Ithomi, site de l’ancienne MESSENE (portes, théâtre, temples, stade, gymnase) ; après arrêt à Kardhamili, arrivée à Gythion.
  • Dimanche 20 avril [dans le Magne laconien] : découverte de la presqu’île jusqu’au CAP TÉNARE avec ses villages typiques comme Gerolimenas et Vathia ; visite du petit monastère de Panagia Phaneroumeni.
  • Lundi 21 avril [de Laconie en Argolide] : arrêt au port de GYTHION (l’îlot de Pâris et Hélène) ; route de Sparte au pied du Taygète enneigé ; visite de MISTRA (cathédrale St-Dhimitrios, église St-Theodoros, Moni Vrondohion, église de la Pantanassa et ses peintures murales), puis visite (facultative) de la ville haute ; visite des vestiges de SPARTE (acropole avec théâtre et temple d’Athéna, sanctuaire d’Artémis Orthia) ; visite du site de TÉGÉE (temple d’Athéna Alea).
  • Mardi 22 avril [du Péloponnèse à l’Attique] : départ de Tolon par la route d’Épidaure et de Trézène ; embarquement à Galatas pour l’île de POROS (promenade dans la ville) ; traversée en direction de l’île d’ÉGINE (visite du temple d’Aphaia, tour de l’île et arrêt au sanctuaire d’Agios Nektarios) ; retour au Pirée en hydroglisseur.
  • Mercredi 23 avril [en Attique] : le matin, départ vers Oropos ; visite du sanctuaire d’AMPHIARAON (lieu de pèlerinage semblable à Épidaure) avec temple, autel, fontaine votive, portique (ou abaton), théâtre hellénistique) ; l’après-midi à ATHENES, après un déjeuner dans une authentique taverse de Plaka, rue Mnesicles, visite de l’Acropole et du Musée, puis promenade libre à travers l’Agora (Theseion) et le quartier de Monastiraki.
  • Jeudi 24 avril [à Kéa] : départ du port de Laurion, traversée avec vue sur le cap Sounion et l’île de Makronissos, arrivée à KÉA au port de Korissia ; visite du Musée de Ioulis (trésors des fouilles d’Agia Irini, cité minoenne du deuxième millénaire av. J.-C.) ; promenade dans les ruelles de Ioulis jusqu’à l’ » arkaios leôn » taillé dans le roc.
  • Vendredi 25 avril : retour d’Athènes à Paris et Orléans.

Le jeudi 13 mai 2004, les membres du Bureau ont commenté les photographies prises au cours de ce voyage sous le titre « Images du Péloponnèse ».

Ce titre était quelque peu restrictif, car l’itinéraire avait conduit les budistes dAthènes à Pylos, et de la Laconie en Attique, avec incursion aux îles d’Egine et de Kéa. Cette évocation, à l’inverse du voyage, suivait un fil chronologique, depuis l’expansion mycénienne dont témoignent les étonnantes statues archaÏques du musée de Ioulis à Kéa, la citadelle de Mycènes et les entassements cyclopéens de Tirynthe. De la même époque date le Palais de Nestor, près de Pylos dominant la baie de Navarin, avec son megaron où fut reçu Télémaque à la recherche de son père… La grande époque classique offre une multitude de sites : Perachora, près de Corinthe, le temple de Zeus et le stade de Némée, les ruines majestueuses de Messène au pied du mont Ithomi et le fameux temple de Bassae dans son environnement solitaire et agreste — un monument qui retrouvera sa majesté ancienne une fois délivré de sa gangue protectrice .

Après l’intermède constitué par la visite du Magne, ce doigt de la Grèce qui pointe au cap Ténare, « région encore féodale comme hors du monde et du temps », nous avons pénétré dans le Péloponnèse vénitien et byzantin : à Méthoni sur son promontoire âprement défendu par la Sérénissime pendant Cinq siècles et l’étonnante ville morte de Mistra que notre Guillaume de Villehardouin fortifia à l’aube du XIIIème siècle et qui vit fleurir en 200 ans sur sa colline abrupte une quarantaine d’édifices religieux dont le plus riche est la Pantanassa.

La dernière étape a été l’Attique, avec des monuments sans doute moins spectaculaires comme le sanctuaire d’Amphiaraos, à la fois lieu de culte et station thermale, ou le charmant petit monastère de Kaiseriani sur les pentes de l’hymette, mais aussi des lieux célèbres : pour conclure y-a-t-il une plus belle image que les colonnes du temple de Poséîdon dominant le cap Sounion, éternel symbole de la Grèce ?